Actu membres : L’heure de la régression sociale

La législation du travail vient de changer et impacte directement les personnes handicapées les plus fragilisées.

Aujourd’hui, les travailleurs en situation de handicap qui acceptent un contrat d’adaptation professionnelle en entreprise (CAP) ou un contrat de formation professionnelle dans un centre agréé (CFP) auront des droits limités en matière de sécurité sociale. Employeurs et travailleurs sont désormais exonérés des cotisations sociales. Ces travailleurs, ne cotisant plus, ne pourront plus bénéficier de notre système de protection sociale.

Pour l’ASPH, c’est une double discrimination : les personnes en situation de handicap peinent déjà à trouver un emploi à formation ou diplôme égal à une personne valide !
Par ailleurs, l’ensemble de ces mesures a été adopté en toute discrétion et sans aucune consultation du Conseil Supérieur National des Personnes Handicapées.
Nous nous étonnons également du manque d’analyse approfondie des conséquences concrètes de cette modification. Le silence des autorités qui entoure ces décisions n’est pas, non plus, de nature à rassurer les personnes handicapées et les associations qui les représentent. A-t-on bien pris la mesure des impacts de cette modification pour les travailleurs en situation de handicap ? Quelles conséquences sur leurs droits à la pension ? Sur leurs indemnités de maladie ou de chômage ?
Faut-il revenir une fois encore sur l’engagement pris par l’État vis-à-vis des personnes en situation de handicap en ratifiant la Convention ONU des Droits des Personnes Handicapées ?
En tant qu’association de défense des droits des personnes en situation de handicap, nous voulons dénoncer ces nouvelles dispositions. Si c’est avec de telles mesures que le gouvernement prétend sauver l’économie et redresser le budget de la sécurité sociale, quelle crédibilité peut-on encore lui accorder aujourd’hui ? L’ASPH n’y voit encore qu’une occasion de saper le principe de solidarité et de désengager l’État de ses responsabilités, en frappant un public particulièrement vulnérable.
Contacts :
ASPH – Association Socialiste de la Personne Handicapée – Secrétariat général 02/515 02 65 asph@solidaris.be –